Discours de M. l’Ambassadeur à l’occasion de la conférence sur la promotion du français

Retrouvez l’intégralité du discours de M. l’Ambassadeur prononcé à l’occasion de la conférence sur la France organisée à Oslo le 12 février par SIU (Norwegian center for international cooperation in education).

Madame la Ministre,
Monsieur le directeur de SIU, cher Harald,
Mesdames et Messieurs,

1918, alors que l’Europe subit encore les affres d’une guerre suicidaire, de courageux jeunes norvégiens embarquent pour une aventure tant pacifique qu’initiatique vers la France, vers le Lycée Pierre Corneille de Rouen.

2018, alors que nous connaissons, dans nos contrées, une longue période de paix, je me réjouis qu’à ces premiers lycéens téméraires aient succédé de nombreux autres à Rouen et ailleurs.
Plus encore, je me réjouis qu’une coopération linguistique, éducative et scientifique riche, variée et de grande qualité entre la France et la Norvège permettent chaque année à des centaines de jeunes français et norvégiens, comme à leurs professeurs, d’aller à la rencontre les uns des autres, de découvrir les subtilités parfois quelque peu pittoresques telles que « la bise », les pause-déjeuner de 2 heures ou, puis-je citer ici ?, le « Brunost »…, plus généreusement d’aller à la rencontre les uns et autres pour construire un monde pacifié, basé sur une compréhension mutuelle, sur des projets partagés, sur des valeurs humanistes communes, lesquelles sont nombreuses mais doivent être entretenues et approfondies.

Février 2018, je me réjouis encore de vous voir si nombreux et si nombreuses pour cette conférence, organisée avec brio par nos partenaires et amis de SIU et du Fremmedspråksenter à la demande du Ministère de l’Education et de la Recherche que je remercie chaleureusement.

Votre présence aujourd’hui témoigne de votre intérêt pour la France et sa langue, le français. Mais savez-vous que le français est aujourd’hui partagé par 274 millions de personnes à travers les 5 continents ?
Savez-vous que le français est la deuxième langue la plus apprise dans le monde ; la troisième langue la plus utilisée dans les affaires ? D’ailleurs, des journaux économiques tels que Forbes ou Bloomberg l’identifient comme étant la deuxième langue ayant le plus d’avenir après le mandarin. Comme aime à le rappeler le Président Macron « la langue française n’est plus seulement française ». Elle est diverse. Elle est internationale. Elle est riche de son Histoire et de la jeunesse de ses locuteurs à travers le monde.

J’entends parfois, ici, en Norvège que le français est une langue difficile… que penser alors de l’apprentissage du mandarin mis en exergue par Forbes et Bloomberg ! Le français partage plus de 60% de son lexique avec l’anglais. C’est dire si les jeunes norvégiens bénéficient d’un avantage certain lorsqu’ils se lancent dans l’apprentissage de la langue française.
Par ailleurs, « parler français » peut revêtir de nombreuses significations. S’agit-il de commander une baguette à la boulangerie de son lieu de vacances ? C’est facile : « Une baguette, s’il vous plait ! »
S’agit-il de saluer des collègues francophones au début d’une réunion de travail à Bruxelles ? C’est facile : « Bonjour, chers collègues ! Comment ça va ? »
S’agit-il de comprendre le journal télévisé ? Très facile ! « Martin Fourcade, le champion de biathlon, remporte un nouveau succès aux Jeux Olympiques… » C’est vrai, j’anticipe les futurs résultats…
S’agit-il de lire Montaigne dans le texte original ? … Moins facile. Mais combien de jeunes norvégiens ont-ils besoin d’atteindre un tel niveau de compétence ?
Vraiment, soyez-en assurés le français est une langue porteuse d’avenir, ouverte sur le monde, une langue facile à apprendre si on se fixe des objectifs pragmatiques.

En 2018, je souhaite que sous l’impulsion de cette conférence, de nombreux jeunes, comme leurs courageux prédécesseurs, embarquent pour l’un des nombreux programmes proposés par SIU, l’Institut français, les comtés d’Hordaland, du Rogaland, d’Akershus, la ville d’Oslo et d’autres acteurs. Je souhaite également que le lycée français René Cassin, qui reçoit un appui important et très apprécié de la part des autorités norvégiennes, scolarise en français toujours autant d’élèves de nationalité norvégienne.

En 2018, je souhaite que de nombreuses classes françaises et norvégiennes se rencontrent à travers des échanges financés par les bourses Troll ou grâce à des initiatives de professeurs engagés que je salue et remercie.

En 2018, je souhaite que davantage de jeunes norvégiens commencent l’apprentissage du français en 8e classe et le poursuivent à travers leur scolarité.

Aujourd’hui, 12 février 2018, je vous souhaite une excellente journée, pleine de découvertes et de rencontres.

Je remercie tous nos partenaires pour cette belle initiative, dont j’espère qu’elle ne restera pas sans lendemain.

publié le 13/02/2018

Haut de la page